Publié : Le 18/09/2018 à 21:7:32

Insécurité à Kinshasa : quatre corps sans vie découverts à Kalamu

La Police nationale Congolaise (PNC) rapporte que ce dimanche 16 Septembre 2018 trois corps sans vie ont été découverts dans le quartier Kauka, et un autre corps à Yolo-Nord, dans la commune de Kalamu. D’après des témoins, toutes les victimes sont des jeunes dont l’âge varie de 20 et 25 ans.

"Mon petit-frère Néhémie Besa et ses amis vivaient dans cet immeuble en construction parce qu’ils y travaillaient comme aide-maçons et électriciens. Ils squattaient le lieu en attendant de réunir l’argent pour trouver un studio, un logis afin d’y habiter. Ses trois autres amis et lui ont été enlevés dans la nuit de vendredi à samedi aux environs de 2 h du matin’’, raconte un frère d’une victime en citant des témoins. ‘’ Au niveau de la famille, nous avons beau cherché avons parcouru tous les cachots de la ville, mais nos efforts étaient vains. A notre grande surprise, c’est le matin de dimanche qu’on le retrouve mort, jeté dans la rue’’, ajoute-t-il.

Les quartiers Kauka sont réputés bouillants car proche du quartier où bat le cœur de la ville Kinshasa’’ Matonge’’ en terme d’ambiance festive. Mais Kauka et Yolo ont aussi la réputation des quartiers dans lesquels sont nés les ‘’ Kuluna’’ (Des gangs de jeunes hors la loi, des jeunes n’hésitant pas de tuer à coup de machette leur victimes).

"Nous savons que de temps en temps les Kuluna sont traqués par la Police la nuit. Mais mon petit frère n’était pas Kuluna. Il était basketteur. Il évoluait au BC Kauka. D’ailleurs ses photos sur le réseau social en disent long sur sa passion’’, témoigne-t-il en soupçonnant la Police dans le meurtre de son frère cadet. Ils font partie d’une famille de 6 enfants dont deux garçons et quatre filles. La Police dit, pour sa part, n'est pas être impliquée dans cette opération et annonce une enquête.

"Les corps des victimes seront analysés par les spécialistes de la police scientifique. La procédure de recoupement d’indices récoltés sur la scène de crime peut prendre beaucoup de temps pour retracer les auteurs du meurtre en série’’, indique Marie-Claude Nkulu, premier substitut du procureur de la République.

L’Association Congolaise pour l’Accès à la justice (ACAJ) demande l’organisation d’une enquête indépendante.

"Nous allons écrire à la police pour solliciter une commission mixte d’enquête pour voir claire dans cette affaire. Les auteurs du crime doivent rendre réellement compte car ils ont endeuillé des familles’’, a dit George Kapiamba, Président national de l’ACAJ.

Facebook share

Restez Connecté